La Société Informatique de France – la SIF – est un espace de réflexion, de concertation sur les enjeux de l’informatique, et un espace d’action, d’amplification des actions basées sur le travail de la communauté. La SIF vise à rassembler toutes celles et ceux pour qui faire progresser l’informatique est un métier ou une passion : enseignants, chercheurs, ingénieurs, industriels, consultants ; le terme «informatique» s’entendant ici au sens large des sciences et technologies au cœur du numérique. La SIF a vocation à porter, au sein de la société, la voix de cette science et de ses acteurs ; pour cela, à l’instar des sociétés savantes des autres grands domaines, elle vise tout particulièrement à :

  • promouvoir l’informatique ;
  • servir et animer sa communauté scientifique et technique ;
  • contribuer à la culture des citoyens et à l’enseignement de la discipline à tous les niveaux ;
  • participer aux réflexions et aux initiatives sur la formation et l’emploi des informaticiens, participer aux débats de société.

La SIF est une association reconnue d’utilité publique. Elle a succédé en mai 2012 à SPECIF. Elle est administrée par un Conseil d’Administration et un Bureau élus conformément aux statuts.

La stratégie de développement scientifique du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest cherche à favoriser l’émergence de nouveaux sujets ambitieux. Ceux-ci sont montés en partenariat avec les acteurs locaux à la pointe de ces thématiques dans d’autres disciplines afin de maximiser l’impact des recherches menées. Les équipes de recherche contribuent donc à la résolution des questions fondamentales posées par la modélisation informatique  et mathématique , la programmation des systèmes complexes et distribués  et les interactions  entre les différents acteurs tant humains qu’artificiels. 
Au-delà d’avancées scientifiques de premier plan reconnues au meilleur niveau international, les équipes de recherche du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest contribuent aux innovations qui demain seront au cœur du quotidien de tout un chacun . A titre d’exemple, nous pouvons citer la conception et la programmation de robots, la programmation sûre de machines réunissant des milliers de cœurs de calcul, la conception d’applications et de logiciels pour l’ingénierie pétrolière, la visualisation et manipulation en 3D ou 4D d’objets complexes, la prévision de l’évolution de maladies ou encore la participation aux avancées en bioinformatique…

L’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS repose sur cinquante-neuf unités relevant des disciplines informatique, du traitement du signal et des images, de l’automatique et de la robotique. Nos unités se sont construites en partenariat étroit avec des universités et des grandes écoles autonomes. Avec ses partenaires, l’INS2I a pour objectif de développer le champ des connaissances dans le domaine des sciences informatiques au sens large du terme. L’Institut s’impliquera fortement dans les enjeux scientifiques, technologiques et sociétaux liés au développement des sciences informatiques. Celles-ci jouent déjà un rôle central dans la plupart des disciplines scientifiques et l’Institut consolidera et développera avec vigueur ses relations scientifiques avec, entre autres, les mathématiques (INSMI), les sciences de l’ingénierie et des systèmes (INSIS), les sciences du vivant (INSB, INEE) ou les sciences humaines et sociales (INSHS), mais aussi avec l’ensemble des autres Instituts du CNRS. Avec l’ensemble du CNRS, en s’appuyant sur une vision nationale et internationale de ses activités, l’INS2I poursuivra une politique d’excellence au service des universités et de la communauté scientifique. Attentif aux transferts technologiques et aux partenariats industriels, l’Institut encouragera et mettra en avant les actions de valorisation de ses unités.