La Société Informatique de France – la SIF – est un espace de réflexion, de concertation sur les enjeux de l’informatique, et un espace d’action, d’amplification des actions basées sur le travail de la communauté. La SIF vise à rassembler toutes celles et ceux pour qui faire progresser l’informatique est un métier ou une passion : enseignants, chercheurs, ingénieurs, industriels, consultants ; le terme «informatique» s’entendant ici au sens large des sciences et technologies au cœur du numérique. La SIF a vocation à porter, au sein de la société, la voix de cette science et de ses acteurs ; pour cela, à l’instar des sociétés savantes des autres grands domaines, elle vise tout particulièrement à :

  • promouvoir l’informatique ;
  • servir et animer sa communauté scientifique et technique ;
  • contribuer à la culture des citoyens et à l’enseignement de la discipline à tous les niveaux ;
  • participer aux réflexions et aux initiatives sur la formation et l’emploi des informaticiens, participer aux débats de société.

La SIF est une association reconnue d’utilité publique. Elle a succédé en mai 2012 à SPECIF. Elle est administrée par un Conseil d’Administration et un Bureau élus conformément aux statuts.

 

 

L’Ecole Nationale Supérieure d’Electronique, Informatique, Télécommunications, Mathématique et Mécanique de Bordeaux (ENSEIRB-MATMECA), est une école d’ingénieurs publique de Bordeaux INP. Elle forme en 3 ans des ingénieurs prêts à répondre aux grands enjeux du monde numérique.

 

 

La stratégie de développement scientifique du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest cherche à favoriser l’émergence de nouveaux sujets ambitieux. Ceux-ci sont montés en partenariat avec les acteurs locaux à la pointe de ces thématiques dans d’autres disciplines afin de maximiser l’impact des recherches menées. Les équipes de recherche contribuent donc à la résolution des questions fondamentales posées par la modélisation informatique  et mathématique , la programmation des systèmes complexes et distribués  et les interactions  entre les différents acteurs tant humains qu’artificiels. 
Au-delà d’avancées scientifiques de premier plan reconnues au meilleur niveau international, les équipes de recherche du centre Inria Bordeaux – Sud-Ouest contribuent aux innovations qui demain seront au cœur du quotidien de tout un chacun . A titre d’exemple, nous pouvons citer la conception et la programmation de robots, la programmation sûre de machines réunissant des milliers de cœurs de calcul, la conception d’applications et de logiciels pour l’ingénierie pétrolière, la visualisation et manipulation en 3D ou 4D d’objets complexes, la prévision de l’évolution de maladies ou encore la participation aux avancées en bioinformatique…

 

Depuis plus de 40 ans, l’IUT de Bordeaux poursuit sa double vocation : accueillir et faire réussir des bacheliers dans des filières technologiques universitaires. Il propose 16 spécialités dans 17 départements installés sur 4 sites. Plus de 4000 étudiants se répartissent dans des DUT ou des Licences Professionnelles en lien avec les secteurs de l’industrie ou des services. L’IUT de Bordeaux propose ainsi une offre de formation plurielle, et constitue un acteur de premier plan du premier cycle universitaire technologique du campus bordelais. Le DUT forme des techniciens et des techniciennes généralistes, adaptables à une famille de métiers d’un secteur professionnel clairement identifié. Les formations dispensées assurent la transmission d’une culture technologique solide permettant le développement des compétences nécessaires à une insertion professionnelle immédiate ainsi que les aptitudes à appréhender l’évolution des métiers. Très attachés à la diversité des publics recrutés, nous offrons des places aux bacheliers généralistes mais aussi aux bacheliers technologiques que nous invitons vivement à candidater dans nos DUT. Les licences professionnelles donnent la possibilité aux diplômés de niveau bac +2 de préciser leur projet professionnel lors d’une année d’étude supplémentaire, souvent réalisée en alternance, en s’appropriant de nouvelles compétences ou en se spécialisant. Les spécialités, définies en lien avec les secteurs professionnels concernés, garantissent une insertion professionnelle réussie. Pour relever les enjeux techniques et technologiques du monde contemporain, toutes nos formations associent, à hauteur de 20 % à 50 % du volume de formation dispensée, des enseignants vacataires professionnels qui sont en activité, et donc en prise directe avec le monde de l’entreprise et de l’industrie.

 

L’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS repose sur cinquante-neuf unités relevant des disciplines informatique, du traitement du signal et des images, de l’automatique et de la robotique. Nos unités se sont construites en partenariat étroit avec des universités et des grandes écoles autonomes. Avec ses partenaires, l’INS2I a pour objectif de développer le champ des connaissances dans le domaine des sciences informatiques au sens large du terme. L’Institut s’impliquera fortement dans les enjeux scientifiques, technologiques et sociétaux liés au développement des sciences informatiques. Celles-ci jouent déjà un rôle central dans la plupart des disciplines scientifiques et l’Institut consolidera et développera avec vigueur ses relations scientifiques avec, entre autres, les mathématiques (INSMI), les sciences de l’ingénierie et des systèmes (INSIS), les sciences du vivant (INSB, INEE) ou les sciences humaines et sociales (INSHS), mais aussi avec l’ensemble des autres Instituts du CNRS. Avec l’ensemble du CNRS, en s’appuyant sur une vision nationale et internationale de ses activités, l’INS2I poursuivra une politique d’excellence au service des universités et de la communauté scientifique. Attentif aux transferts technologiques et aux partenariats industriels, l’Institut encouragera et mettra en avant les actions de valorisation de ses unités.

 

L’université de Bordeaux cultive depuis 575 ans les valeurs universelles qui ont forgé sa réputation : humanisme, exigence, créativité et diversité. L’école des savoirs encyclopédiques a évolué au fil du temps en une université pluridisciplinaire. Elle a su s’adapter à son environnement et se réinventer pour devenir une référence de l’enseignement supérieur et de la recherche. En stimulant le libre arbitre, l’esprit critique et l’ouverture intellectuelle de nos étudiants, nous leur apprenons à comprendre le monde et leur donnons les clefs pour une insertion professionnelle réussie. Nos chercheurs participent directement à l’essor de la société. Intrinsèquement liées la vie de la cité, nos équipes de recherche repoussent chaque jour un peu plus les limites du possible, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives scientifiques, technologiques, économiques, sociales ou environnementales. Cosmopolite et connectée au monde qui l’entoure, notre communauté bénéficie en outre d’un campus en pleine mutation au cœur d’une région active et d’une métropole attractive. Par sa faculté à s’inscrire dans le temps long et sa capacité à répondre aux exigences d’aujourd’hui, l’université de Bordeaux joue donc un rôle essentiel pour notre société. Par sa vocation à se projeter dans l’avenir, elle dessine aussi de nouveaux horizons pour un monde à inventer.

 

Le Laboratoire bordelais de recherche en informatique (LaBRI) est une unité de recherche associée au CNRS (UMR 5800), à l’Université de Bordeaux et à Bordeaux INP. Depuis 2002, il est partenaire de l’Inria. Ses effectifs se sont accrus de façon importante ces dernières années. En novembre 2017, il réunit près de 280 personnes, dont 110 enseignants chercheurs (Université de Bordeaux, Bordeaux INP), 41 chercheurs (CNRS, Inria), 20 personnels administratifs et techniques (Université de Bordeaux, Bordeaux INP, CNRS, Inria) et plus de 100 doctorants,post-doctorants et ingénieurs contractuels . Les missions du LaBRI s’articulent autour de trois axes principaux : recherche (théorique, appliquée), valorisation – transfert de technologie et formation. Le soutien du Conseil Régional d’Aquitaine à travers l’extension du bâtiment, des équipements et des bourses de thèse et post-doctorants, a été une des briques essentielles du développement du LaBRI.